Le monde des artistes

Vous aimez les arts? Vous en pratiquez un ou plusieurs? Alors venez nous rejoindre
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [livre] Si c'est un homme - Primo Levi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Elisabeth de Wittelsbach
Admin
avatar

Messages : 320
Date d'inscription : 13/10/2010

MessageSujet: [livre] Si c'est un homme - Primo Levi   Ven 21 Oct - 19:45

Auteur: Primo Levi

Biographie: Primo Levi était un chimiste et écrivain italien, né à Turin en 1919. Il s’est engagé dans la résistance italienne durant la seconde guerre mondiale avant d’être arrêté en décembre 1943 et d’être envoyé dans le camp d’internement de Fossoli. De là, il a été déporté en janvier 1944 à Auschwitz-Monowitz. Il est mort en 1987.

Bibliographie:

  • 1947 : Se questo è un uomo (Si c’est un homme)
  • 1963 : La tregua (La trêve)
  • 1966 : Storie naturali (Histoires naturelles)
  • 1971 : Vizio di forma (Vice de forme)
  • 1975 : Il sistema periodico (Le système périodique)
  • 1978 : Lilìt e altri racconti (Lilith)
  • 1978 : La chiave a stella (La clé à molette)
  • 1981 : La ricerca delle radici (La recherche des racines)
  • 1984 : Se non ora, quando ? (Maintenant ou jamais)
  • 1986 : I sommersi e i salvati (Les naufragés et les rescapés)


Titre: Si c’est un homme (Se questo è un uomo)

Maison d'édition et date de publication: Julliard, 1987
Einaudi, 2005

Résumé: (issu du site evene)
'Si c'est un homme' est un récit autobiographique. Libéré d'Auschwitz, Primo Levi témoigne. Il décrit la peur, l'instinct de survie, la mort et l'humiliation qu'ont vécus les déportés. Il fait partie d'un convoi de six cent cinquante Juifs, mais seulement quatre-vingt-seize hommes et vingt-neuf femmes sont épargnés. Les autres, déclarés invalides, sont immédiatement gazés. Ils luttent tous contre la déshumanisation dont ils sont les victimes : on leur retire leur nom, ils sont tatoués comme du vulgaire bétail. Malgré tout, l'auteur parvient à se faire quelques amis : Lorenzo, un ouvrier, mais surtout Alberto, son meilleur ami... Vivre, non. Simplement survivre.

Votre avis:
A l’origine, j’ai découvert ce texte dans sa traduction française, à l’âge de quatorze ans. Je l’ai relu en italien, dans sa totalité (et non simplement des extraits) bien des années plus tard. C’est là une œuvre qui, dès la première lecture, m’a profondément marquée et sans doute contribué à construire ma vision de la Shoah. C’est à mon sens un texte d’une grande force, provoquant chez le lecteur un sentiment d’horreur. Je pense qu’il parvient également, aussi surprenant que cela puisse être, à faire concevoir l’inconcevable : la destruction d’un peuple à travers sa déshumanisation.
« On est volontiers persuadé d’avoir lu beaucoup de choses à propos de l’holocauste, on est convaincu d’en savoir au moins autant. Et, convenons-en avec une sincérité égale au sentiment de la honte, quelquefois, devant l’accumulation, on a envie de crier grâce.
C’est que l’on n’a pas encore entendu Levi analyse la nature complexe de l’état du malheur.
Peu l’ont prouvé aussi bien que Levi, qui a l’air de nous retenir par les basques au bord du menaçant oubli : si la littérature n’est pas écrite pour rappeler les morts aux vivants, elle n’est que futilité. »
Ce sont là les paroles d’Angelo Rinaldi à propos de ce témoignage de Primo Levi.
Ce sentiment d’avoir lu beaucoup de choses à propos de la Shoah, il m’a fallu justement lire Si c’est un homme pour l’avoir. Et il a également fallu que je lise ce texte pour que je me penche sur les livres et articles d’histoire portant sur le sujet.
Un témoignage… C’est là effectivement la nature de ce texte. Mais, pour Primo Levi, cela avait un sens particulier : « il doit être témoin au plein sens du terme ‘‘une personne pouvant attester d’un fait, en vertu d’une connaissance directe’’), il ne doit donc parler que de ce qu’il a vu et vécu, sans concession aucune pour ce qu’il a entendu dire ou appris de ses camarades » (Le devoir de mémoire). Ce qui a déterminé sa manière d’écrire ce texte. Par ailleurs, Primo Levi ne juge jamais – ou très rarement - de manière explicite les personnes évoquées. Par contre, il soulève des questions, amenant ainsi le lecteur à jouer ce rôle de juge qu’il se refusait à remplir à travers ce texte.
Par contre, si Si c’est un homme est un témoignage, c’est aussi une analyse : l’analyse de la vie dans les camps de concentration, de leur fonctionnement, du comportement des personnes s’y trouvant, déportés comme S.S.
Il s’agit là d’ailleurs d’un texte, y compris en italien, au lexique et à la syntaxe clairs où les émotions sont peu présentes, voire absentes. Ce qui permet à l’auteur de prendre une certaine distance par rapport au sujet qu’il aborde. Et c’est notamment là, à mon sens, que réside la force de ce texte.

Place au texte de Primo Levi :

  • « Voi che vivete sicuri
    Nelle vostre tiepide case,
    Voi che trovate tornando a sera
    Il cibo caldo e visi amici :
    Considerate se questo è un uomo
    Che lavora nel fango
    Che lotta per mezzo pane
    Che muore per un si o per un no.
    Considerate se questo è una donna,
    Senza capelli e senza nome
    Senza più forza di ricordare
    Vuoti gli occhi e freddo il grembo
    Come una rana d’inverno.
    Meditate che questo è stato :
    Vi commando queste parole.
    Scolpitele nel vostro cuore
    Stando in casa andando per via,
    Coricandovi alzandovi;
    Ripetetele ai vostri figli.
    O vi si sfaccia la casa,
    La malattia vi impedisca,
    I vostri nati torcano il viso da voi. »


    Ce qui donne dans la traduction française :

    « Vous qui vivez en toute quiétude
    Bien au chaud dans vos maisons,
    Vous qui trouvez le soir en rentrant
    La table mise et des visages amis,
    Considérez si c’est un homme
    Que celui qui peine dans la boue,
    Qui ne connaît pas de repos,
    Qui se bat pour un quignon de pain,
    Qui meurt pour un oui pour un non.
    Considérez si c’est une femme
    Que celle qui a perdu son nom et ses cheveux
    Et jusqu’à la force de se souvenir,
    Les yeux vides et le sein froid
    Comme une grenouille en hiver.
    N’oubliez pas que cela fut,
    Non, ne l’oubliez pas :
    Gravez ces mots dans votre cœur.
    Pensez-y chez vous, dans la rue,
    En vous couchant, en vous levant ;
    Répétez-les à vos enfants.
    Ou que votre maison s’écroule,
    Que la maladie vous accable,
    Que vos enfants se détournent de vous. »


  • « e non tanto per il suo aiuto materiale, quanto per avermi costantemente rammentato, con la sua presenza, con il suo modo così piano e facile di essere buono, che ancora esisteva un mondo giusto al di fuori del nostro, qualcosa e qualcuno di ancora puro e intero, di non corrotto e non selvaggio, estraneo all’odio e alla paura ; qualcosa di assai mai definibile, una remota possibilità di bene »

    Ce qui est traduit par :

    « non pas tant pour son aide matérielle que pour m’avoir constamment rappelé, par sa présence, par sa façon si simple et facile d’être bon, qu’il existait encore, en dehors du nôtre, un monde juste, des choses et des êtres encore purs et intègres que ni la corruption ni la barbarie n’avaient contaminés, qui étaient demeurés étrangers à la haine et à la peur ; quelque chose d’indéfinissable, comme une lointaine possibilité de bonté »

  • « I personaggi di queste pagine non sono uomini. La loro umanità è sepolta, o essi stessi l’hanno sepolta, sotto l’offesa subita o inflitta altrui. Le S.S malvage e stolide, i Kapos, i politici, i criminali, i prominenti grandi e piccoli, fino agli Häftlinge indifferenziati e schiavi, tutti i gradini della insana gerarchia voluta dai tedeschi, sono paradossalmente accomunati in una unitaria desolazione interna.
    Ma Lorenzo era un uomo ; la sua umanità era pura e incontaminata, egli era al di fuori di questo mondo di negazione.»


    Ce qui donne, dans la version française de ce témoignage :

    « Les personnages de ce récit ne sont pas des hommes. Leur humanité est morte, ou eux-mêmes l’ont ensevelie sous l’offense subie ou infligée à autrui. Les SS féroces et stupides, les Kapos, les politiques, les criminels, les prominents grands et petits, et jusqu’aux Häftlinge, masse asservie et indifférenciée, tous les échelons de la hiérarchie dénaturée instaurée par les Allemands sont paradoxalement unis par une même désolation intérieure.
    Mais Lorenzo était un homme : son humanité était pure et intacte, il n’appartenait pas à ce monde de négation. »


  • « La memoria è uno strumento curioso : finché sono stato in campo, mi hanno danzato per il capo due versi che ha scritto un mio amico molto tempo fa :

    … infin che un giorno
    senso non avrà più dire: domani.

    Qui è così. Sapete come si dice ‘‘mai’’ nel gergo del campo ? ‘‘Morgen früh’’, domani mattina. »


    Ce qui donne dans le texte français:

    « La mémoire est une bien curieuse mécanique : durant tout mon séjour au camp, ces deux vers qu’un de mes amis a écrits il y a bien longtemps me sont régulièrement revenus à l’esprit :

    ‘‘… infin che un giorno
    senso non avrà più dire : domani.’’
    (… jusqu’à ce qu’un jour
    dire ‘‘demain’’ n’ait plus de sens)

    Ici, c’est exactement comme ça. Savez-vous comment on dit ‘‘jamais’’ dans le langage du camp ? ‘‘Morgen früh’’, demain matin. »



Et vous ? Avez-vous lu ce témoignage ? Qu’en pensez-vous ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[livre] Si c'est un homme - Primo Levi
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Primo Levi] Si c'est un homme
» SI C'EST UN HOMME de Primo Levi
» Primo Levi
» Le Voyage de Primo Levi - Ferrario & Belpoliti
» Si c'est un homme - Primo LEVI

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le monde des artistes :: Le grand livre des Arts :: Epilogue: Région des fiches artistiques-
Sauter vers: